Quelques contraintes


Il n'y a pas d'inconvénients majeurs à se chauffer au bois, sinon quelques contraintes et servitudes qui font le charme de la formule.

     Il faut un poêle, bien entendu, et le marché en offre à tous les budgets et pour tous les goûts. Des appareils d'entrée de gamme dans toutes les Grandes Surfaces du Bricolage et des produits moyens ou hauts de gamme dans les magasins spécialisés.

     Il faut également du bois; et un peu de place pour le stocker. Avec 5m² au sol, vous rangez 10 m3 de bois. La vigilance pourra venir à l'égard de votre fournisseur de bois, qu'il ne vous refile pas du bois vert ou des billots qui ne rentrent pas dans l'appareil, parce qu'il n'avait pas envie de les fendre.
     Trouver un bon bois de chauffage avec moins de 20% d'humidité est la vraie difficulté. Les vendeurs de bois ont beaucoup du mal à conserver leur bois à sécher. La demande est là, qui frappe à la porte, alors c'est tentant de vendre tout de suite d'autant que peu d'acheteurs sont prêts à mettre le prix qu'il faut pour avoir du bois biens sec.
Mais vous pouvez aussi le sécher vous même en l'achetant à l'avance (sage conseil !)  ou bien acheter un testeur d'humidité  pour vérifier le taux d'humidité. Sachez cependant que cette mesure est relative car elle est bien souvent faite à la surface du bois et non à cœur. Comme le bois sèche de l'intérieur vers l'extérieur et qu'il prend l'humidité par les extérieurs quand il pleut, on peut très bien tomber sur un bois sec à cœur et complètement trempé en surface ce qui affole le testeur et vous avec. Bref, mieux vaut en parler avec votre fournisseur et si possible avant le départ du camion pour éviter des mauvaises surprises.

     La pelle et la balayette: quelques escarbilles, un peu de lichen séché, de l'écorce ou de la sciure tomberont parfois çà et là autour de votre poêle lors des manipulations de rechargement. Un pince-oreille perdu pourra même s'échapper du panier en osier que vous venez de remplir et vous obliger à sortir le balai du placard.
Certes, avec un convecteur électrique, on sort moins la pelle, c'est indiscutable; mais l'odeur du bois coupé, du brin de fumée qui s'est échappé en ouvrant la porte, le sifflement du bois qui crépite dans le feu, la vision de la flamme qui danse devant la vitre...Observons, sentons et écoutons un radiateur électrique pendant une heure, et comparons...Et un repas de Noël en famille autour d'une cuve à fioul, cela n'a pas le même cachet non plus...

     Le manque d'autonomie: le poêle à bûche est dispendieux en énergie humaine. L'adage dit qu'il chauffe trois fois: une fois quand on le coupe, une fois quand on le range et la troisième quand on le brûle.
L'autre servitude est l'alimentation. Le poêle à bois est un sentimental: loin de vous, son feu périclite et se meurt. Il est exigeant et demande une attention constante pour donner toute sa puissance. Le matin, il faudra le ranimer en posant les bûches sur un lit de cendre encore chaud; le soir, il faudra encore être à son chevet pour lui prendre le pouls pour le faire repartir... C'est moins vrai avec un poele granulés dont l'autonomie monte jusqu'à 2/3 jours en régime normal.

     Pas de maîtrise de la chaleur: il n'y a pas de thermostat sur un poêle à bois (ou très rarement) comme on pourrait en trouver sur un poêle à granulés de bois par exemple. C'est un souci par rapport à la RT2012 pour la construction de maisons neuves. On ne peut donc maîtriser la chaleur que par la quantité de bois mise dans le poêle. Avec les poêles de style contemporain, c'est plus facile, parce que les foyers sont plus petits, et on peut difficilement placer plus de 2 bûches.


page précédente
5 / 6
page suivante

Devis gratuit pour un poêle à bois

Page 1 : Les économies d'énergies
Page 2 : Le respect de l'environnement
Page 3 : Le confort
Page 4 : Autonomie énergétique
Page 5 : Quelques inconvénients
Page 6 : Conclusions

Donnez votre avis :

Votre Prénom * :
Votre Nom :
Votre Email * :
Votre Département (en chiffre) * :
Votre Appareil de chauffage :
Votre Commentaire (400 caractères max - lien non autorisé) * :

Services


4 devis gratuits pour votre poelecalculez la puissance idealequel poele vous convient


Bon à savoir

Le fonctionnement du poêle bouilleur
Au départ l'eau froide circule en circuit fermé entre le bouilleur et la vanne trois voies-bye pass de la flowbox. Après plusieurs passages de l'eau dans le poêle bouilleur la température de l'eau arrive à 60°C. La vanne 3 voies thermique s'ouvre graduellement et laisse passer une partie de l'eau chaude vers les pièces de l'habitation via le réseau d'eau. La vanne récupère, via le Bye-pass, l'eau chaude par l'autre bout pour la réinjecter sur le retour. Lorsque la température diminue, le processus s'inverse.

Garantir un retour chaud sur son poêle-bouilleur, c'est lui éviter la corrosion et l'encrassement du conduit de fumée. S'il est associé à une réserve d'eau chaude dans un ballon tampon, le système peut accumuler simultanément un éventuel surplus de chaleur. Lorsque le feu dans le poêle est éteint (matin, nuit...), le ballon tampon prend le relais et distribue l'eau chaude stockée dans les radiateurs, le chauffage au sol...
L'accumulation de l'eau chaude dans un ballon tampon offre aussi la possibilité de fournir de l'eau chaude sanitaire et réduit considérablement la consommation de bois.



Un service du réseau
réseau chauffage au bois
(c) Tous droits réservés CanoP
Conditions générales & mentions - Contact - Cookies

S'équiper
poelesabois.com
s'informer sur les appareils
de chauffage au bois ...
cheminee.net
s'informer sur les cheminées ...

s'approvisionner
bois-de-chauffage.net
trouver un vendeur de bois près de chez
vous et comparer ...
allobois.com
commander bois et granulés en ligne ...

entretenir
alloramonage.fr
Entretenir votre appareil ...