Des nouvelles de Supra



Suite à un redressement judiciaire en 2019, l’entreprise Supra SA était rachetée en 2020 par un acteur étranger, le groupe Taurus, acteur connu du monde de l’électroménager mais totalement novice dans celui du chauffage domestique au bois. Nous reviendrons sur la dernière décennie de l’entreprise alsacienne avant de donner la parole à Stéphane HERPIN, directeur commercial de Taurus France et de Supra France.


Rappel concernant Supra

Le fabricant Supra est une entreprise pionnière dans le domaine du domaine du chauffage domestique au bois au mêtme titre que les marques Godin, Cheminées Philippe ou Invicta. L’entreprise a été créée en 1873 à Obernai, en Alsace. L’entreprise fut la propriété de la famille Blum pendant de longues décennies jusqu’en 2007 et la vente de l’entreprise familiale à l’énergéticien EDF.
En 2007, l’entreprise comptabilise alors plus de 300 salariés basés sur deux sites de production, l’un en Alsace et l’autre en Eure-et-Loire, suite au rachat par la famille Blum de la marque concurrente Richard LE DROFF et de son usine.

Cinq années après le rachat par EDF, en 2012, la marque alsacienne est revendue à un fonds d’investissements. Ce fonds doit investir des sommes colossales dans l’objectif de moderniser le site de production et d’effectuer des travaux de recherche et le développement. Ce rachat, en 2012, est finalisé alors que l’entreprise accuse une perte de 30 % de son chiffre d’affaires.
A ces dates, l'entreprise a une une position attentiste quant au développement du poêle à granulés et l' arrêt brutal du marché en 2013 allaient rendre les années 2013 à 2016 s difficiles pour Supra (et pour toute la profession d'ailleurs).

L’intégration de l’entreprise Supra au groupe Taurus, en 2020, est une nouvelle chance offerte au fabricant français d’appareils de chauffage au bois, électrique et de ventilation. Elle laisse toutefois sur le carreau la moitié des anciens salariés de Supra qui n’obtiennent que le minimum légal à savoir une prime de formation d’un montant de 1 500 euros et une priorité de réembauche d’une durée de deux ans.

Afin d’en savoir plus sur le climat actuel et sur l’environnement de l’entreprise Supra, nous avons contacté le groupe Taurus qui a bien voulu répondre à nos questions.

 

 

L'interview de Stephane Herpin :

Qui est Taurus, un acteur de l'electromenager espagnol ? 

Le groupe Taurus est Espagnol, avec 12 filiales dans le monde et une présence dans 120 pays.  Plutôt spécialisé dans le petit électroménager et le chauffage, clim et ventilation. Les marques en France sont Taurus, Solac et Black et decker sous licence Stanley pour le petit électroménager.

 

Il y a déjà presque 1 an, le groupe Taurus rachetait Supra. Quelles étaient les motivations et ambitions ? L'entreprise était en endettée, Invicta était sur les rangs pour acheter... l'investissement est donc conséquent, n'est ce pas ?

Supra Richard Le Droff, pour nous est une opportunité :
- de posséder des unités de production en France,
- de compléter sa gamme chauffage et climatisation dans une offre globale en y ajoutant la biomasse,
- et la puissance de la marque est un atout pour Taurus.

Oui, l'investissement est conséquent et le projet prend forme :
 nous avons revu les chaînes de production, et libérer de la place dans les 17 000 m² de l'usine pour intégrer le stockage et la logistique.
Nous devions redimensionner l'usine par rapport aux besoins du marché.

 

Supra intervient dans les domaines du chauffage au bois et du traitement de l'air. Ces 2 activités seront elles maintenues ?

Oui, bien sûr. Nous avons même relancé la gamme de climatiseurs mobiles Blizz'air et les ventilateurs pour 2021. La gamme a déjà été présentée aux clients.

 

Taurus a repris la moitié des salariés.  La capacité de production va donc être limitée. Supra va donc poursuivre son activité de négoce ?

Nous avons surtout gardé le personnel opérationnel de fabrication interne et les services liés à la production.

Pour les autres services de type RH ou comptabilité, nous avons mutualisé avec notre filiale Taurus déjà implantée en France. Supra a toujours fait du négoce et continuera à le faire dans les mêmes proportions qu'avant soit environ 50 % de ses volumes de vente.

 

La grande surface de bricolage (GSB) est elle le segment de distribution privilégié ?

Oui clairement, mais nous avons aussi de très bons partenariats avec le réseau traditionnel, revendeurs avec ou sans enseigne et grossistes. Nous continuerons dans cette voie, l'arrivée de Taurus chez Supra offrira aussi des opportunités de s'ouvrir à d'autres réseaux sur l'appoint électrique par exemple.

Nous avançerons dans ce sens dans les prochains mois.

 

Les nouveaux modèles créés les années précédentes sont ils maintenus ?

Pour ce qui est du sourcing, plutôt oui avec des exceptions quand par exemple le produit n'est pas Ecodesign. Mais nous ne nous empêchons pas de nous rapprocher d'autres fournisseurs.

Côté production, nous avons commencé à fabriquer en série, ce qui n'était pas le cas avant, ce qui nous a obligé de revoir la gamme et de supprimer une partie des produits qui n'étaient pas en phase avec le gain de productivité qu'on attend.

 

La gamme récente de poêles a granulés avait elle trouvé son public ?

Oui et non, et ce n'était pas forcément dû aux produits mais c' était surtout lié aux difficultés de SUPRA SA, la période 2019 et début 2020 fut compliquée, et cela s'est ressenti dans les ventes bien sûr. 

 

Il n'est pas simple de vendre des poêles a granulés en GSB avec le risque que les acheteurs les installent eux-mêmes. Comment gérez vous cela ?

Cela a d'abord était un constat, effectivement, c'est maintenant un sujet de réflexion, quelques pistes que nous avons sont intéressantes, nous les peaufinons, et quand le temps sera venu nous les partagerons avec nos clients en comptant sur leur adhésion au projet. Mais c'est un gros sujet.

 

Auriez vous des conseils a donner aux acheteurs de poêles en GSB ?

Idéalement ce serait de faire valider par un installateur agréé la conformité de l'installation. Mais ce n'est pas si simple. C'est un axe de réflexion et d'échange d'idées avec nos revendeurs et stations techniques.

 

L'objectif est il de vendre les produits Supra en Espagne, marché que vous connaissez bien ?

En fait, SUPRA SA vendait déjà à l'export, et en Espagne aussi. Nous avons une forte volonté sur l'export, c'est l'ADN du groupe Taurus.

 

La marque et le réseau de distribution Richard le Droff sont ils maintenus ?

Oui bien sûr, mais nos revendeurs RLD méritent un service bien meilleur. Nous devons nous améliorer sur les produits, la gamme et l'offre. Le service client est aussi au cœur de nos préoccupations. Nous ne sommes pas au niveau, c'est clair. Mais nous y travaillons avec une très forte volonté.






2021-01-27 18:43:39
retour aux actualités chauffage au bois

Donnez votre avis :

Votre Prénom * :
Votre Nom :
Votre Email * :
Votre Département (en chiffre) * :
Votre Appareil de chauffage :
Votre Commentaire (400 caractères max - lien non autorisé) * :


Un service du réseau
réseau chauffage au bois
(c) Tous droits réservés CanoP
Conditions générales & mentions - Contact - Cookies

S'équiper
poelesabois.com
s'informer sur les appareils
de chauffage au bois ...
cheminee.net
s'informer sur les cheminées ...

s'approvisionner
bois-de-chauffage.net
trouver un vendeur de bois près de chez
vous et comparer ...
allobois.com
commander bois et granulés en ligne ...

entretenir
alloramonage.fr
Entretenir votre appareil ...