Interview de Bruno GAL, Président de l’UNA CPC de la CAPEB


La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) regroupe de très nombreux acteurs économiques du bâtiment. Il s’agit d’un syndicat qui a pour objectif de promouvoir les entreprises du bâtiment tout en défendant leurs intérêts. Une section de la CAPEB promeut et défend les intérêts des chauffagistes. Parmi eux, de nombreux installent des appareils de chauffage au bois. Nous avons souhaité en savoir plus sur ce syndicat et nous avons eu l’opportunité de rencontrer Bruno GAL, Président de la section Couverture Plomberie Chauffage et lui-même chauffagiste dans le département du Gard.

 

Tout d'abord pouvez-vous nous présenter la CAPEB : son organisation, son fonctionnement et ses objectifs ?

La CAPEB, Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment, est le syndicat patronal représentant les entreprises artisanales du bâtiment. Indépendante de la puissance publique, la CAPEB mène des missions d’intérêt général depuis 1946.

Reconnue partenaire social, la CAPEB représente toutes les entreprises artisanales du bâtiment dans les instances de concertation et de décision, et en particulier devant les Pouvoirs publics. Elle assure la promotion ainsi que la défense de ces entreprises en proposant les mesures qu’elle juge nécessaires et adaptées au secteur.

La CAPEB favorise l’expression des entreprises artisanales du bâtiment et répond à leurs problèmes particuliers au travers de huit Unions Nationales Artisanales (UNA) présidées par des professionnels, élus par leurs pairs. L’UNA Couverture Plomberie Chauffage, présidée par Bruno GAL, représente les entreprises artisanales mettant en œuvre notamment les équipements fonctionnant au bois.

La CAPEB est structurée de la manière suivante :

  • 95 CAPEB départementales, en contact direct avec les adhérents pour les informer, les conseiller et leur proposer différents services pour le développement de leur entreprise,
  • 12 CAPEB régionales qui assurent la représentation et la défense des entreprises artisanales dans les instances régionales
  • une Confédération.

La CAPEB est l’une des composantes de l’Union des entreprises de proximité (U2P), première force patronale du pays.

 

Présentez-nous en détail l’UNA des chauffagistes SVP

 

Avec plus de 56 000 entreprises de plomberie chauffage de moins de 20 salariés en France, cette activité demeure l’une des plus dynamique du secteur du bâtiment. Les entreprises artisanales de couverture plomberie chauffage ont ainsi enregistré au 3ème trimestre 2018 une hausse d’activité appréciable (+ 3,5 %), malgré des signes d’essoufflement de la construction neuve.

L’artisan plombier chauffagiste est en première ligne pour répondre aux enjeux de la performance énergétique et du confort auprès de ses clients particuliers. En tant que concepteur et installateur de systèmes de chauffage, de génie climatique et de ventilation, il en assure également la maintenance, tant préventive que curative. Chaque entreprise se doit de préconiser à ses clients les meilleures solutions (gaz, fioul, bois, solaire, thermodynamique, etc.) en fonction des configurations rencontrées.

D’une manière générale, la CAPEB a enregistré en quelques années un bon taux d’adhésion des entreprises à « RGE » du fait des aides conditionnées (CITE, CEE…), mais la situation est devenue stable : les entreprises sont désormais en attente de l’évolution du dispositif préparée par l’administration et pour laquelle elles attendent des mesures de simplification.

 

Quelle vision avez-vous du domaine du chauffage domestique au bois à la CAPEB ?

Le Président de la République vient de présenter, dans un discours du 20 novembre dernier, son projet de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui fixe les priorités d’actions des Pouvoirs publics dans le domaine de l’énergie. D’une manière générale, les moyens proposés visent l’objectif d’une neutralité carbone dès 2050 pour la France. Pour cela, notre pays doit réduire sa consommation d’énergie, tourner le dos aux énergies fossiles et diversifier le mix énergétique en développant fortement les énergies renouvelables et en réduisant le parc nucléaire.

En lien avec ce scénario, la stratégie française pour le climat et l’énergie en 2023 a pour objectif 9,5 millions de logements chauffés au bois avec un équipement dit « efficace ». Le chauffage domestique au bois constitue l’une des énergies renouvelables les plus compétitives, et veiller au pouvoir d’achat des Français doit demeurer une priorité pour l’ensemble des acteurs économiques. Dans ce contexte, la CAPEB ne peut qu’être favorable aux mesures fiscales incitatives menées par les Pouvoirs publics pour accompagner le développement de cette énergie, notamment via le CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique) ou encore le dispositif des CEE (opération « Coup de Pouce » notamment pour les chaudières biomasse).

Au travers des organismes de qualification de la filière (QUALIBAT, Qualit’EnR) au sein desquels elle siège, la CAPEB veille à ce que les entreprises qui le souhaitent puissent accéder à ce marché dans les meilleures conditions possibles, dans un souci de transparence et de confiance.

Il est également important de noter les efforts réalisés par la filière industrielle française pour améliorer au fil du temps la performance des équipements commercialisés (Label Flamme Verte). Néanmoins, la filière du chauffage domestique au bois mériterait d’être plus organisée et concertée pour valoriser les atouts de cette énergie concurrentielle auprès des maîtres d’ouvrage.

 

Quelles promotions et actions de lobbying exercez-vous auprès des pouvoirs publics pour promouvoir le chauffage domestique et plus particulièrement le chauffage au bois (bûche ou granulés de bois) ?

 

Pour la CAPEB, la rénovation énergétique des logements doit être un axe prioritaire de la politique gouvernementale, notamment au travers de leviers incitatifs pérennes et lisibles pour les ménages concernés. Or, les dernières mesures annoncées restent inquiétantes vis-à-vis des ambitions affichées (500 000 logements énergivores à rénover chaque année) : amputation de 800 millions d’euros du budget du CITE dans le cadre du projet de loi des finances pour 2019, baisse de 1,16 milliard d’euros du budget de Ministère du Logement (APL)… Les entreprises artisanales du bâtiment font face à des injonctions contradictoires : il leur est demandé d’accompagner le plan de rénovation énergétique et de monter en compétence (RGE) alors que les moyens diminuent.

Aussi la CAPEB considère que le Gouvernement doit s’engager à stabiliser les règles et renforcer les aides aux particuliers sur la totalité de sa mandature afin d’être en capacité à relever les défis de la rénovation énergétique dont le chauffage au bois fait partie intégrante.






retour aux actualités chauffage au bois

Donnez votre avis :

Votre Prénom * :
Votre Nom :
Votre Email * :
Votre Département (en chiffre) * :
Votre Appareil de chauffage :
Votre Commentaire (400 caractères max - lien non autorisé) * :


Un service du réseau
réseau chauffage au bois
(c) Tous droits réservés CanoP
Conditions générales & mentions - Contact - Cookies

S'équiper
poelesabois.com
s'informer sur les appareils
de chauffage au bois ...
cheminee.net
s'informer sur les cheminées ...

s'approvisionner
bois-de-chauffage.net
trouver un vendeur de bois près de chez
vous et comparer ...
allobois.com
commander bois et granulés en ligne ...

entretenir
alloramonage.fr
Entretenir votre appareil ...