Le fabricant Deville : ça passe ou ça casse…



Avec un chiffre d'affaires d'une trentaine de millions d'euros, la maison « Deville », un des plus beaux et anciens fleurons de l’industrie française du poêle et cheminée depuis les années 50, a obtenu du Tribunal de Commerce de Sedan, l’ouverture d’une « procédure de sauvegarde ».


La procédure de sauvegarde intervient avant la constatation de la cessation des paiements : elle a pour but de favoriser la réorganisation de l'entreprise en difficulté afin de permettre la poursuite de son activité économique, le maintien des emplois et l'apurement de son passif.

Durant les 2 dernières années, l’Entreprise a investi plus de 2,5millions d’€ dans la réorganisation complète de son usine avec de nouvelles chaînes de montage concentrées aujourd'hui sur 2 hectares d'usine.
Cela a nécessité de lourds investissements, notamment dans le domaine de la découpe des tôles et de la peinture, avec un pôle de recherche et développement en charge de renouveler la gamme : 50% des modèles ont moins de 2 ans avec des poêles étanches pour les maisons RT 2012 et répondant au label «  Flamme verte ».
Deville a mis au point une gamme d'appareils à bois de conception et de design complètement nouveaux et  lance un poêle à granulé étanche conçu à 100% en interne,  issu de 10 ans d’expérience  dans le domaine, mais dans le négoce.


Question de survie :
Aujourd’hui, l’Entreprise maîtrise 100% de sa chaîne de production avec un objectif affiché : une révision de son positionnement et devenir le champion du « haut de gamme » en travaillant le design, les émissions de poussière, l’étanchéité et en affinant la rentabilité de leurs appareils...


La course au « haut de gamme » :
Le haut de gamme semble le nouveau leitmotiv de beaucoup de fabricants dans le domaine. « Richard le Droff » s’y est essayé ; Brisach y aspire aussi et d’autres… A croire que nos fabricants français ne savaient que produire du « bas de gamme »…

Ou bien se sentent-ils acculés dans les cordes par nos amis scandinaves qui ont phagocyté le marché français et conquis le cœur des français, faute de combattants à la hauteur de leur technologie et d'un style plus audacieux.


La fenêtre sur l’avenir :
Aujourd’hui  la priorité d’Henri de Quatrebarbes, Directeur Général de Deville depuis 2008, reste une gestion draconienne de la trésorerie et la poursuite du développement de ses nouveaux produits « fers de lance » et porteurs d’espoir de la survie l’Industrie ardennaise.

Idéalement, un éventuel rapprochement avec un groupe financier ou un allié industriel permettrait de consolider le socle financier de l’Entreprise, protéger les emplois et préserver le savoir-faire de la Maison.

Il faut rappeler que l'entreprise Deville, au temps de sa prospérité comptait un effectif de 230 salariés contre à peine la moitié aujourd’hui.

A jour de ses règlements en espérant que cela ne nuira pas aux fournisseurs qui ne sont pas responsables de leurs ennuis, la Maison Deville repassera le 18 avril prochain devant la juridiction concernée pour juger de la pérennité de son exploitation.

On espère de tout cœur que cette unité française historique de 147 ans pourra continuer à représenter le savoir-faire français sur l’échiquier économique du secteur du poêle à bois et de la cheminée.






retour aux actualités chauffage au bois

Donnez votre avis :

Votre Prénom * :
Votre Nom :
Votre Email * :
Votre Département (en chiffre) * :
Votre Appareil de chauffage :
Votre Commentaire (400 caractères max - lien non autorisé) * :

Partenaires





Un service du réseau
réseau chauffage au bois
(c) Tous droits réservés CanoP
Conditions générales & mentions - Contact - Cookies

S'équiper
poelesabois.com
s'informer sur les appareils
de chauffage au bois ...
cheminee.net
s'informer sur les cheminées ...

s'approvisionner
bois-de-chauffage.net
trouver un vendeur de bois près de chez
vous et comparer ...
allobois.com
commander bois et granulés en ligne ...

entretenir
alloramonage.fr
Entretenir votre appareil ...