RECHERCHER

Les avantages du chauffage au bois


 

Se chauffer grâce à un poêle à bois, qu'il soit à bûches ou à granulés, présente de nombreux atouts. Coût de l'énergie, respect de l'environnement, autonomie énergétique et confort( visuel et thermique) sont les points forts de ces appareils.



Une énergie économique


cout de l'energie par combustiblecout de l'energie par combustible


Le prix des combustibles bois est inférieur à celui des énergies fossiles classiquement utilisées pour le chauffage en France. Ainsi, selon une étude de l'ADEME (base de données Pegase) publiée en septembre 2010 le coût moyen des bûches était de 0,029 € TTC/kWh et de 0,052 € TTC/kWh granulés en vrac.

En 2018, ces chiffres n'avaient guère évolué comme l'indique le graphique de l'étude ci-dessus. L'énergie produit avec des bûches revient à un peu moins de 4 centimes du KWH, à 6 centimes avec les granulés, à 7 ou 8 centimes avec le gaz naturel (gaz de ville

Les énergies fossiles classiques sont quant à elles plus coûteuses pour les particuliers. En effet, selon cette même étude :

  • le gaz naturel coûte 0,07 à 0.08 TTC/kWh,
  • le fioul domestique coûte 0,09 € TTC/kWh,
  • l'électricité revient à plus  0,16 € TTC/kWh.

Une étude plus ancienne (2015) de Que Choisir  allait dans le même sens avec les couts de l'énergie  de 0,042 € pour le bois bûche (du fait notamment de l'augmentation du taux de TVA), de 0,062 € pour le granulés en vrac (du fait de l'augmentation de la demande), de 0,069 € pour le gaz et le fioul (du fait de la baisse de la demande mondiale et du développement du gaz de schiste) et de 0,016 € pour l'électricité !

- Au reste, l'avènement des aides dont les crédits d'impôt  encourage depuis quelques années déjà le renouvellement du parc de chauffage au bois français devenu obsolète. Ils contribuent à dynamiser la filière "Énergie renouvelable" en la rendant économiquement plus attractive.

- Pour poursuivre notre raisonnement, nous pourrions mettre en lumière d'autres facteurs de dépenses: 
  • le coût d'installation d'un chauffage central,
  • l'entretien annuel de la chaudière gaz,
  • les réparations et remplacement des pièces d'usure,
  • la durée de vie des appareils,
  • les abonnements (EDF),
  • etc.
Hormis le ramonage, le joint d'étanchéité de la porte à changer tous les 2/3 ans, un peu de produit vitre, une pelle et un balai pour ramasser les écorces tombées lors de la manipulation, le poêle à bois-bûche reste un produit fiable et économique nécessitant peu d'entretien. C'est un peu moins vrai avec le poêle à granulés dont le coût de maintenance se rappoche des installations fonctionnant aux énergies non renouvelables

 



Une énergie respectueuse de l'environnement


Chauffage au bois et respect de l'environnementChauffage au bois et respect de l'environnement

Issu de la biomasse, le bois est une énergie propre et renouvelable qui respecte et contribue à la préservation de l’environnement.

C'est aussi une énergie disponible
encore sous exploitée contrairement aux idées reçues:

- La forêt couvre 28% de la surface du territoire, et la France possède la première forêt européenne.
- Accroissement biologique de la forêt française: 100 millions de m3/an.
- Le bois énergie représente environ 40 millions de m3/an:
- Autres utilisateurs de bois: 20millions de m3/an qui représentent la construction et la transformation du bois



Enfin, le bois présente l'avantage d'avoir un bilan Carbone neutre; c'est-à-dire qu'un arbre absorbe autant de CO2 pour pousser qu'il en libère durant les quelques heures de sa combustion. Et s'il n'est pas brulé, il libérera autant de CO2 lors de sa décomposition.
Par ailleurs, la consommation de carburant pour l'acheminer de la forêt jusqu'à chez vous est limitée, puisque la provenance est généralement locale (et il faut s'assurer que cela le reste).
 


L'autonomie énergétique


Il peut être intéressant d'avoir un appareil de chauffage qui fonctionne sans dépendre d'aucun autre élément. A ce titre, le poêle à bois (fonctionnant avec des bûches) est le seul véritablement autonome sur le plan de l’alimentation. 

Un poêle à granulés fonctionne généralement avec de l'électricité. Il n'est donc pas autonome sauf à le brancher sur une batterie (pour autant que sa consommation en électricité soit raisonnable). On voit d'ailleurs des poeles à granulés fonctionnant sans électricité ou en 12 Volts être mis sur le marché.

En cas de panne de courant, comme cela arrive et arrivera encore à cause d'aléas climatiques, vous n’êtes pas en reste pour vous chauffer. Tout est manuel : de la coupe du bois jusqu’à l’alimentation en bûches.

Poêle à bûches Elements 2.0 de Skantherm - Poêle à bûches Elements 2.0 de Skantherm -


Plus globalement, le chauffage au bois vous permet de ne plus être relié au réseau de gaz ou d'électricité. Autrement dit, vous êtes autonome : c'est à vous de stocker le combustible et c'est vous qui gérez votre consommation tout comme l'alimentation du poêle.

Cela fonctionne parce que le bois possède un pouvoir calorifique intéressant. Il se situe en moyenne entre 1 200 et 1 800 kWh/m3 lorsque le bois est suffisamment sec (et il est important que le bois soit bien sec, plus de conseils sur l'achat des combustibles ici).

L'autonomie individuelle est aussi bénéfique au niveau de l'autonomie énergétique de votre pays. Le passé récent (crise de 1979 ou d'Ukraine) montre qu'il n'est pas bon qu'un pays dépende massivement d'une même énergie (ou d'un même fournisseur). Facteur de déstabilisation, l'énergie souvent importée, est aussi un facteur déterminant du déficit commercial.

L'autonomie énergétique n'est donc pas qu'un souci personnel, c'est aussi un enjeu national.



Quelques contraintes


Il n'y a pas d'inconvénients majeurs à se chauffer au bois, sinon quelques contraintes et servitudes qui font le charme de la formule :

Il faut un poêle, bien entendu, et le marché en propose à tous les budgets et pour tous les goûts. Des appareils d'entrée de gamme dans toutes les Grandes Surfaces du Bricolage et des produits moyens ou hauts de gamme dans les magasins spécialisés.


Il faut également du bois; et un peu de place pour le stocker. Avec 5m² au sol, vous rangez 10 m3 de bois ou 5 tonnes de granulés. Il faudra être vigilant à ce que le vendeur de bois bûche ne vous refile pas du bois vert (humide) ou des billots qui ne rentrent pas dans l'appareil, parce qu'il n'avait pas envie de les fendre.

Trouver un bon bois de chauffage via cet annuaire avec moins de 20% d'humidité est la vraie difficulté. Les vendeurs de bois ont beaucoup du mal à conserver leur bois pour qu'il sèche. La demande est là, qui frappe à la porte, alors c'est tentant de vendre tout de suite d'autant que peu d'acheteurs sont prêts à mettre le prix qu'il faut pour avoir du bois bien sec.

Mais vous pouvez aussi le sécher vous même en l'achetant à l'avance (sage conseil !) ou bien acheter un testeur d'humidité pour vérifier le taux d'humidité. Sachez cependant que cette mesure est relative car elle est bien souvent faite à la surface du bois et non à cœur. Comme le bois sèche de l'intérieur vers l'extérieur et qu'il prend l'humidité par les extérieurs quand il pleut, on peut très bien tomber sur un bois sec à cœur et complètement trempé en surface ce qui affole le testeur et vous avec. Bref, mieux vaut en parler avec votre fournisseur et si possible avant le départ du camion pour éviter des mauvaises surprises.

La pelle et la balayette: quelques escarbilles, un peu de lichen séché, de l'écorce ou de la sciure tomberont parfois çà et là autour de votre poêle lors des manipulations de rechargement. Un pince-oreille perdu pourra même s'échapper du panier en osier que vous venez de remplir et vous obliger à sortir le balai du placard.
Certes, avec un convecteur électrique, on sort moins la pelle, c'est indiscutable; mais l'odeur du bois coupé, du brin de fumée qui s'est échappé en ouvrant la porte, le sifflement du bois qui crépite dans le feu, la vision de la flamme qui danse devant la vitre...Observons, sentons et écoutons un radiateur électrique pendant une heure, et comparons...Et un repas de Noël en famille autour d'une cuve à fioul, cela n'a pas le même cachet non plus...

La corvée de bois: le poêle à bûche est dispendieux en énergie humaine. L'adage dit qu'il chauffe trois fois: une fois quand on le coupe, une fois quand on le range et la troisième quand on le brûle.

L'autre servitude est l'alimentation. Le poêle à bois est un sentimental: loin de vous, son feu périclite et se meurt. Il est exigeant et demande une attention constante pour donner toute sa puissance. Le matin, il faudra le ranimer en posant les bûches sur un lit de cendre encore chaud; le soir, il faudra encore être à son chevet pour lui prendre le pouls pour le faire repartir... C'est moins vrai avec un poele granulés dont l'autonomie monte jusqu'à 2/3 jours en régime normal.

Pas de maîtrise de la chaleur: il n'y a pas de thermostat sur un poêle à bois (ou très rarement) comme on peut en trouver sur un poêle à granulés de bois par exemple. C'est un souci par rapport à la RT2012 pour la construction de maisons neuves. On ne peut donc maîtriser la chaleur que par la quantité de bois mise dans le poêle Ce n'est pas un souci avec les poêles à granulés qui sont programmables.

On objectera aussi que le chauffage au bois détériore la qualite de l'air en rejetant des particules fines et autres composés volatiles. C'est vrai, toutes les énergies apportent leur lot de désavantages et le bois ne fait pas exception. Mais sommes nous capables de nous passer d'énergies ? Quelles énergies peuvent prétendre être locales, renouvelables, pas cheres, non périlleuses et protectrices du climat ? 
Quant à la qualité de l'air, la situation s'est grandement améliorée :
- Les appareils récents sont 2 a 10 fois mois emétteurs de particules que les anciens appareils  (le ratio dépendant de la qualité du bois utilisé selon le CERIC) 
- D’après l’ADEME, un appareil moderne (de 2015 ou après) émet jusqu’à 30 fois moins de particules qu’un appareil ancien ou un foyer ouvert (et 60 fois moins pour un appareil correspondant aux critères de performances récents (Eco Design, Flamme Verte 7 étoiles, Critt bois...)

Le CETEPA estime ainsi que 85 % des émissions liées au chauffage au bois sont liées aux foyers ouverts et aux appareils peu performants du parc existant. D'ailleurs les émissions de PM 2,5 de 10 ont baissé en France d'un peu plus de 55% en moyenne de 1990 et 2015.

 



Pour conclure


Le chauffage au bois n'est pas une énergie parfaite, elle est simplement adaptée à certains besoins et des besoins de plus en plus nombreux et complexes d’où son développement. Et concrètement les économies qu'elle permet de réaliser restent la motivation essentielle.

Plus de 250 000 poêles sont ainsi commercialisés chaque année en France, loin devant les cheminées.
Le Grenelle de l'environnement prévoit de passer de 6 millions de foyers utilisant le bois comme combustible en 2006 (et 8/9 millions en 2020)  à 12 millions en 2030  afin d'atteindre certains objectifs comme celui  :
- de réduire la consommation d'énergies fossiles de 30 % en 2030 par rapport à 2012 ;
- de porter la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation énergétique finale brute d'énergie en 2020 et à 32 % en 2030.

Mais l’enjeu pour ce marché n’est pas de croître à tout prix, il est de croître dans de bonnes conditions, ce qui implique des installations
- fiables (sécurité)
- performantes (rendement/pollution) d'où les aides pour renouveler le parc existant
- des combustibles de qualité.

L’autre enjeu est de développer le chauffage au bois avec le chauffage collectif et les réseaux de chaleur d’où le développement des chaufferies et chaudières.




POUR ALLER PLUS LOIN:
Simulation : quel type de chauffage au bois pourrait vous convenir
les différents types d'appareils de chauffage au bois 
Tout sur les poêles à bois
Tout sur les poêles à granulés 
Obtenir des devis 



Laisser un commentaire ou poser une question :
Votre Prénom *
Votre Email *
Votre Département *
(en chiffre)
Votre Appareil de chauffage
Votre Commentaire *
(400 caractères max
- lien non autorisé)
Avec le soutien de :