RECHERCHER

Règlementation technique et chauffage au bois


Depuis le 1er janvier 2013 pour les maisons individuelles et les logements collectifs, la nouvelle réglementation thermique appelée "RT 2012" entrait en vigueur. Etudions ses tenants et aboutissants ainsi que les impacts sur la filière du chauffage au bois.

 

a)    Objectifs de la RT 2012 :

Répondre aux impératifs du Grenelle de l’environnement sur la diminution des gaz à effet de serre, avec 3 exigences de résultat :

•    Limitation du besoin énergétique en chauffage, climatisation et éclairage par le concept du bâti (constructeurs, architectes, bureaux d’étude…)

•    Une consommation énergétique inférieure à 50 kWh/m²/an en moyenne (60 dans le Nord et 65 dans l'Est mais 40 au Sud) qu'il faut comparer à celle d'un bâtiment moderne qui est de 150 et bien plus pour les anciens batiments.

•    Un niveau de confort d’été suffisant qui permettrait de ne pas avoir recours à un système de refroidissement des habitations.
 

b)    Le label BBC :

Aujourd'hui, la consommation moyenne d'un logement en France est de 240 kWhep/m²/an. Le label BBC fixe à 50 kWhep/m²/an la consommation maximale d'une maison neuve.

Il s'agit donc en l’occurrence de diviser la consommation moyenne d'un logement par  5.
On peut se demander cependant  pourquoi, depuis des années, les gouvernements successifs n’ont tout simplement pas pris cette décision avant, plutôt que d’attendre que ce Grenelle fasse bouger les lignes.

Peut-être que des intérêts économiques supérieurs ont fait que l’Etat, principal actionnaire d’EDF, n’avait aucun intérêt à voir les consommateurs payer moins d’électricité pour mal se chauffer, puisqu’il est de notoriété publique que les radiateurs électriques dits « grille-pain » ne sont pas des idéaux…  
 

c)    Les effets sur le consommateur :

Avec la RT2012 on se rapproche du niveau d'exigence du label BBC. Jusqu’à présent le label BBC n’était pas obligatoire. Seule une clientèle aisée pouvait se permettre de payer une maison plus chère (+10/20%) pour obtenir ce label. Les constructeurs en ont largement profité pour augmenter leurs marges, arguant d’une plus-value qualitative sans pouvoir réellement la justifier comptablement.

Aujourd’hui, les constructeurs ne peuvent plus surfacturer le niveau de qualité exigé par ce label, du fait de l’uniformisation du procédé de fabrication rendue obligatoire, sans risquer de perdre la clientèle, et notamment les « primo-accédants » aux revenus plus modestes.

Autre effet pour nous particuliers:
- la RT pousse à l'utilisation  des poêles étanches.
- Et elle pousse à ce que cela soit un poêle à granulés si l'appareil doit servir de chauffage principal (pour une habitation de moins de 100m2).


d)    Ce qui change par rapport à la RT 2005 :

Les méthodes de travail des constructeurs vont changer :

•    Les différents corps de métier ne pourront plus travailler chacun de leur côté sans concertation et devront tenir compte de l’avis des thermiciens.
•    Pour atteindre les objectifs de la RT 2012, il faudra diviser la consommation d’électricité par 4 et le gaz par 2 voire 3.
•    Un avant-projet thermique devra être réalisé avant dépôt du permis de construire.
•    Les tests d’étanchéité des maisons seront systématiques : pas comme aujourd’hui où seuls le label BBC « Effinergie » est obligatoire.
•    En maison individuelle :
o    Au moins 5 kWhep/m²/an minimum de la consommation globale devront provenir d’une source d’énergie renouvelable.
o     Pour le chauffage : un raccordement à un appareil fournissant plus de 50% de sa production de chaleur en provenance d’énergie renouvelable ; ou,  pour l’ECS, un chauffe-eau solaire thermique ou thermo-dynamique ;  ou encore un recours à la co-génération (production d’électricité associée à la production de chauffage) impliquant une chaudière qui chauffera l’ensemble de la maison et l’eau chaude sanitaire.

Cela favorise bien sur le chauffage au bois. Mais l'exigence d'etanchéité et l'obligation d'installer un appareil de chauffage au bois régulé dans une maison de moins de 100m2 s'il s'agit du chauffage au bois donne clairement la priorité aux poêles à granulés et aux chaudières en particulier à granulés (même s'il existent quelques poêles à bois régulés).
 


e) Quel poêle Choisir pour une maison RT 2012 ?


Globalement on peut dire que la RT et les déclinaisons en labels de construction n’ont pas d’exigence sur les appareils mais les performances qu'elle vise, font que cela avantage certains types d'appareils, notamment à granulés.

Il serait aussi plus adapté de choisir un poêle à granulés (sinon choisir un poele à bois) ayant une prise d'arrivée d'air, on parle de poêle raccordable.
Cela évite d'avoir une grille d'aération dans l'habitat qui nuit aux performances de la maison en matière d'isolation.

Un expert nous a écrit cette synthèse pertinente et nous la reprenons en l'état :

En réalité " rien ne dit qu’un poêle « classique »,  qui prend tout son air dans la pièce et nécessite le percement de l’enveloppe du bâti pour l’alimentation en air frais ( +/- 30 Nm3/h)  , ne puisse pas être installé dans une maison « étanche » . Simplement , cette fuite va rendre plus difficile le respect de l’étanchéité globale du bâti.

Pour l’architecte et le promoteur , la prudence consiste donc , soit :

  1. A choisir un appareil garanti étanche  ( ..mais plus cher) . Les seuils d’étanchéité issus des normes européennes faisant grosso modo consensus dans la profession….mais sans qu’ils aient été validés comme compatibles avec la RT.
     
  2. A considérer que pour le test d’étanchéité du bâti le poêle n’est pas raccordé au bâtit ( obstruction de la cheminée et de l’arrivée d’air)
     
  3. …à conseiller que le poêle soit installé après la construction  du  bâti …sans qu’il n’y ait plus aucun contrôle."

     

f)    Conclusion et impact sur le chauffage au bois :

On voit bien que la RT 2012 oblige les constructeurs à davantage penser leurs réalisations, à tenir compte des impératifs d’économie d’énergie et à innover pour rester compétitifs.
C’est plutôt une bonne nouvelle si le prix des maisons ou le cout des crédits ne subit pas d’inflation galopante, freinant de fait le marché de la construction neuve et contraignant, faute de moyens, les revenus modestes à recourir à l’auto-construction et le système « D » comme çela peut se développer aujourd’hui.


La prochaine étape étant  le RE 2020 et  "BEPOS" bâtiment à énergie positive, qui est une construction à très basse consommation d’énergie qui produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme et où la feuille de route est encore plus draconienne, à l’instar de nos voisins germaniques qui depuis longtemps ont imposé le concept de la maison passive (Passiv Haus) :
•    consommation trois fois inférieure à une construction conforme à la RT 2005,
•    une consommation de chauffage inférieure à 12 kWhep/m²/an soit 3 fois moins qu’une maison BBC actuelle.
•    une consommation totale d'énergie chauffage, ECS, éclairage, appareils électriques de 100 kWh/m²/an.

 



COMMENTAIRE(S) :

Alexandre (33) le 08/10 :



Poêle à bois d'agrément pour chauffer petite pièce.
Cheminée existante non tubée
Maison récente RT2012

Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre Prénom *
Votre Email *
Votre Département *
(en chiffre)
Votre Appareil de chauffage
Votre Commentaire *
(400 caractères max
- lien non autorisé)
Avec le soutien de :