RECHERCHER

Les critères du label « flamme verte »


Les critères du label


Depuis le 1er janvier 2010, les constructeurs d’appareils de chauffage au bois qui adhérent à cette charte ont entrepris d’apposer une étiquette de performance énergétique et environnementale sur leurs nouveaux appareils.
A l’heure actuelle, environ 80 % des appareils vendus en France sont labellisés Flamme Verte.


A l’instar de l’électroménager, cette étiquette classe les appareils en 7 catégories avec un maximum de 7 étoiles en fonction de 3 critères. Seuls les appareils recevant 7 étoiles sont labellisés
- le rendement énergétique du poêle à granulés 
- l'émission de monoxyde de carbone (CO) dans l’atmosphère 
- l’émission de poussières (particules fines) 

Depuis le 01 Janvier 2018, 2 autres critères sont pris en compte:
- La mesure des émissions des COV (Composés organiques volatiles)
- et la mesure des émissions des oxydes d’azote (NOx).

La 7e etoile est atteinte si
- le rendement énergétique dépasse 87 % pour un poele granules et 75% pour un poele bois
- l'émission de monoxyde de carbone (CO) passe sous le seuil de 0.02% pour un poele granulés
- l’émission de poussières particules descend sous la barre des 30mg/Nm3.  pour un poele granulés.

Le simple fait d'atteindre ces performances rend l'achat d'un appareil éligible aux aides publies.

 

La fiabilité du label Flamme Verte

 

Le principe est louable, certes, mais la fiabilité n'est pas parfaite et l'association de consommateur « UFC que choisir » l'a dénoncé dans une parution.

Le problème venait du mode d’attribution du label. En effet, pour que l’appareil soit homologué, il suffisait que le fabricant présente un PV d’essai réalisé dans un laboratoire agréé n’importe où en Europe et tous les laboratoires n'ont ni les mêmes procédures ni les mêmes niveaux d'exigence.

Les tests s’effectuent avec les ingénieurs et techniciens de la marque qui effectuent des réglages sur place avec tous les appareils de contrôle dont ils ont besoin ; et ce, pendant la séance d’essai.

Par ailleurs, ils ont la possibilité d’utiliser leur propre marque de granulé et dans les conditions qu’ils déterminent eux-mêmes.

En définitive, les pourfendeurs de l’attribution du label allèguent que les essais devraient être réalisés avec des appareils de série vendus en magasin avec n’importe quel granulé, ce qui est recevable sur le fond, d’autant plus que les poêles sont rarement préréglés en usine ; ou s’ils le sont, ils ne peuvent être adaptés à toutes les situations d’installation.

Néanmoins, pour leur défense, ce n’est pas plus condamnable que les essais de consommation de carburant des marques de voiture…qu’on n’arrive jamais à égaler non plus sur la route.

Flamme Verte a depuis renforcé ses contrôles et ces derniers ont donné les résultats suivants :

-          En 2010, sur l’ensemble des appareils testés :
o   75 % des appareils étaient conformes aux critères annoncés et ont conservé leur classe d’origine Flamme Verte
o   17 % des appareils ont été surclassés d’une étoile pour atteindre le niveau « 5 étoiles »
o   8 % des appareils ont été déclassés d’une étoile en passant de la classe «5 étoiles» à la classe «4 étoiles»

-          En 2011,
o   80 % des appareils étaient conformes aux critères annoncés et ont conservé leur classe d’origine
o   20 % des appareils justifient de performances plus élevées qu’annoncées et ont obtenus un surclassement
o   Aucun des appareils testés n’a été déclassé

-          En 2012, l’ensemble des appareils testés ont répondu aux exigences du label

-          En 2013,
o   88% des appareils étaient conformes aux critères annoncés et ont conservé leur classe d’origine
o   12% des appareils ont été exclus du référentiel Flamme Verte, car ils ne répondaient pas aux exigences de rendement.


En définitive, le label gagne chaque année en fiabilité autant qu' en exigence et même si votre poêle qui affiche 90% de rendement au magasin n’en fait en réalité que 86, ce n’est pas très grave non plus ;  puisque de toute manière il aura un label de qualité qui vous garantit un appareil économique, sûr et performant.
Et ça, ça reste quand même l’essentiel !

 

Ce qu'il faut retenir:
Un poêle avec un rendement de 80% bien réglé dégagera 80% de rendement ; ce que ne fera pas un appareil à 90% de rendement...mal réglé.

Tout le secret du rendement est dans ce précepte.
(Le rendement étant  le ratio de la Quantité d’Energie Restituée (chaleur dégagée), sur la Quantité d’Energie Consommée  (votre bois) : QER/ QEC = 85% ; ce qui, en langage « porte-monnaie », est l’optimisation de la consommation du carburant  que vous avez acheté.



Laisser un commentaire ou poser une question :

Votre Prénom *
Votre Email *
Votre Département *
(en chiffre)
Votre Appareil de chauffage
Votre Commentaire *
(400 caractères max
- lien non autorisé)
Avec le soutien de :