RECHERCHER

Mieux vaut un poele simple ou double combustion ?



Il existe plusieurs technologies de combustion pour les poêles à bûches :

 

  • Le poêle classique simple combustion
     
  • Le poêle à "post" ou "double" combustion,
     
  • Le poêle turbo.


Mais avant d'expliquer les différentes technologies en présence, il faut avoir compris le mode de combustion du bois. Le bois soumis à une forte hausse de température se transforme en charbon et en gaz (autour de 250 °C). Contrairement aux idées reçues, ce sont les gaz qui s’enflamment et non le bois. Du coup, la technologie d'un poele diffère en fonction de la façon dont la combustion des gaz est gérée.


La simple combustion

Le poêle à combustion classique est le poêle une technologie de première génération. Les lignes sont simples et Il n'y a qu'une seule arrivée d'air si bien qu'une partie des gaz de combustion s'échappe dans le conduit avec la fumée sans avoir été brulée.
Du coup les performances en termes de rendement sont mauvaises (moins de 50%) ce qui poserait moins de problèmes si cela n'allait pas de paire avec la libération de composés polluants dans l'air.

Aujourd’hui, son prix peu élevé constitue son seul avantage, mais il prive son acquéreur des aides accordées pour l'achat d'un poele à bois. N'en achetez pas, il y en a déjà assez en fonctionnement comme cela qui hantent les vieilles maisons ;)


La post-combustion (ou double combustion)

Le poêle à post-combustion (ou double combustion) est constitué d'un foyer qui comporte une technologie basée sur le ralentissement de l'évacuation des gaz non brulés à l’aide de chicanes mises en place en partie haute de la chambre de combustion.

Un premier circuit alimente les bûches en air comburant, un second apporte de l'air dit « secondaire » aux gaz coincés par ces chicanes. Au contact de l’oxygène, ce gaz monté en température génère cette double combustion en s’enflammant. C’est pour cette raison que les poeles a post ou double combustion atteignent des rendements de plus de 70% permettant ainsi de mieux rentabiliser son bois.

La technique de post combustion ou double combustion concerne les poeles a bois.

Mais avant d'aller plus loin, rappelons comment brûle le bois.
Pour s'en rendre compte, il suffit de craquer une allumette et d'observer la flamme. On s'aperçoit alors, qu'il y a un espace vide entre l'allumette et cette flamme.

En fait, au contact de la chaleur, le bois libère un gaz qui s'enflamme en présence de l'air.

Que se passe t-il dans la chambre de combustion d'un poêle ? l
L'air nécessaire à la combustion (dit comburant) arrive, par le haut, par le bas ou sur les cotés selon les modèles et vient au contact de la flamme pour alimenter sa combustion. Plus le feu va prendre d'ampleur, plus il va solliciter l'arrivée d'air située en général au niveau de la sole du poêle.

Mais tous les gaz ne sont pas brûlés: une partie arrive à s'échapper par le conduit de cheminée et se répandre dans l'atmosphère.

L'idée des constructeurs a donc été de récupérer ces gaz non brûlés; de les stocker dans le haut du poêle en les ralentissant dans leur évacuation et de les soumettre à l'épreuve du feu une deuxième fois.

De quelle manière ?
En introduisant une deuxième arrivée d'air au niveau de ce stockage.
Le gaz non brûlé, au contact de l'oxygène de l'air et d'une forte température (6/800°), va provoquer l'explosion nécessaire à une combustion complète. La terminologie "double combustion" prend alors tout son sens. (Sur la photo, on remarque la 2ème rampe d'arrivée d'air qui s'enflamme).

Quel intérêt?
L'intérêt est déjà d'obtenir une combustion complète. Ensuite, la combustion se prolongeant, la Température augmente. Et si, avec la même quantité  de bois, on augmente la puissance du poêle, c'est donc que le rendement (lien rendement/puissance), est meilleur.
Au reste, la combustion étant complète, il y a moins de pollution.

C'est donc principalement pour cette raison que les poêles modernes affichent des rendements de plus de 70, voire 80% avec un impératif inconditionnel: un bois sec  qui est le véritable secret d'une bonne combustion.




Le poêle turbo 

Le poêle turbo est une adaptation de la double combustion et son interprétation peut varier en fonction des fabricants.
Certains l’appellent ainsi après l’avoir muni d’un ventilateur permettant une meilleure extraction de la chaleur. D’autres ont carrément donné ce nom à leur marque ou à leur produit. D’autres encore avancent qu’avec leur procédé, leur appareil permet d’adapter la chaleur au volume à chauffer, ou qu’il permet de monter plus vite en température (avec de bons rendements uniquement à plein régime)…
Bref, en définitive, la confusion est assez grande entre toutes ces appellations « turbo » et en fait, quand on regarde d’un peu plus près, on observe que l’assimilation à la « double combustion » est assez facile à faire, même si quelques secrets de fabrications peuvent sûrement faire quelques différences au niveau de la technologie.
En tout cas ne vous enflammez pas: en aucun cas, le "turbo" ne fera de votre appareil, une bête de course : Un poele turbo n'est pas meilleur qu'un poele à double combustion. Ils sont assez rares sur le marché.


Bon à savoir: La plupart des appareils sur le marché sont en double combustion et on peut s’en féliciter. Pour l'achat d'un poêle d'entrée de gamme, vérifiez tout de même que c'est le cas : la double combustion étant le garant d’un meilleur rendement.



Laisser un commentaire ou poser une question :
Votre Prénom *
Votre Email *
Votre Département *
(en chiffre)
Votre Appareil de chauffage
Votre Commentaire *
(400 caractères max
- lien non autorisé)
Avec le soutien de :