Avant tout, qu’est-ce que le tirage ?


Très simplement, c’est l’aptitude du conduit de fumée à évacuer les produits de combustion.
« Le conduit de fumée est le moteur de l’installation, c’est lui qui conditionne le fonctionnement de l’appareil ».

Ce conduit de fumée doit être capable d’extraire les fumées avant qu’elles ne se  refroidissent. Si ces fumées sont trop froides avant de quitter le conduit, il y a le phénomène de condensation à l’intérieur du conduit qui entraine son encrassement avec des conséquences souvent dramatiques. (Obstruction, refoulement, feu de cheminée…)

 



Des solutions pour sécuriser au maximum notre installation.


 

Mais rassurez-vous, il y a des solutions pour sécuriser au maximum notre installation.

Lorsqu’on installe un poêle à bois, il est donc essentiel de mesurer le tirage, une fois l’installation terminée.

C’est aujourd’hui, sur le terrain,  le seul moyen efficace,  facile à réaliser pour vérifier si l’appareil sera capable de fonctionner suivant les exigences du fabricant (valeurs données dans la notice), donc de vous donner pleinement satisfaction au regard de ce que vous en attendez.
 


Gros inconvénient de la mesure du tirage



La mesure ne peut se réaliser qu’une fois l’installation terminée, appareil en fonctionnement.
Cette valeur de tirage n’est qu’un élément dans la chaine de fonctionnement de l’installation, mais c’est un élément important.  Il vous garantira, sécurité,  performance, endurance de l’appareil et du conduit de fumée.
 


Où le tirage se mesure –t-il ?



Au départ de l’appareil sur le conduit de raccordement.

Là, il faut réaliser un petit orifice pour pouvoir introduire la canne de mesure directement dans le passage des fumées.

Les professionnels disposent souvent d’un tronçon de conduit disposant d’un orifice leur permettant de procéder à la mesure, qu’ils remplacent après cette mesure par le conduit définitif. Il existe aussi des « bouchons » spécifiques démontable qui ont l’avantage de permettre des prises de mesures ultérieures.
 


Avec quel instrument mesure t'on la dépression ?



Un déprimomêtre, qui mesure en fait la dépression des fumées, et nous parlons bien de dépression parce que c’est  le conduit qui aspire les fumées vers l’extérieur.
 


Comment le fabricant définit-il cette valeur ?


Très simplement : Puissance,  rendement,  taux de rejet, sont définis  par le cahier des charges du fabricant.
Pour y parvenir,  le fabricant a défini très précisément  une charge de bois (essence, % humidité, section des buches…) le tout conditionné par une extraction des fumée (tirage) dans une fourchette définie. Respect du protocole de la norme de fabrication et de test.

Relativement facile à réaliser en laboratoire, où tous ces paramètres sont  parfaitement maitrisés. Ce ne sera pas le cas pour une installation chez le particulier.
C’est un peu à l’image d’un taux de pollution mesurée pour une voiture sur un banc d’essai, au regard de la pollution réelle en condition de circulation...

Coté théorique : L’anticipation !
La valeur de tirage, donnée par le fabricant, souvent entre -10 et -15 Pa (Pascal), est définie à une puissance spécifique.
 


Comment mesurer le tirage?


Il existe différents moyens d’anticiper cette valeur de tirage lorsque l’on procède au dimensionnement de l’installation.

- Il y a bien sûr les abaques de dimensionnement disponible sur le site du CSTB, et plus récemment le rapport RAGE. Attention à l’adéquation avec les températures de fumée des appareils actuelle de petites puissances.  L’interprétation du résultat est loin d’être évidente. Il faut insister sur le fait que ces outils permettent simplement de dégrossir la situation préférez de loin le dimensionnement par calcul.

- Les méthodes les plus abouties à ce jour, sont les logiciels de dimensionnement qui prennent en compte un maximum d’éléments d’entrée.  Certains sites spécialisés sont très pertinents. ( voir notre article sur C2AP)

 Ces logiciels de calcul prennent en compte notamment les caractéristiques du conduit de fumée, celles du conduit de raccordement,  sections, longueurs, coudes, matériaux etc…  l’appareil, avec son volume de fumée à extraire, les températures de ces fumées, la notion de condensation à tous les régimes de fonctionnement, Idéalement la position géographique, voir l’aérologie du site…

Tous ces outils permettent de dégrossir les paramètres de l’installation plus ou moins finement avant la pose et permettent de savoir si l’installation sera possible ou pas. Mais ce n’est pas toujours suffisant.
 


Les autres éléments qui influencent le tirage


Dernier élément important dans le fonctionnement de l’installation, pour le bois bûche notamment :
- C’est l’utilisateur qui choisit son bois (suffisamment sec ?)
- C’est lui qui procède au chargement (fréquence, quantité) et ce quelque soit la température extérieure.
Donc : Qualité et quantité de bois sont déterminants.

Coté pratique :
Souvenez-vous que la valeur du tirage est donnée par le fabriquant de l’appareil. C’est lui qui la définit, et c’est le respect de cette valeur qui garantira le bon fonctionnement de l’appareil.

La puissance, le rendement, le taux de Co, la température des fumées  sont des valeurs qui ont été établies à cette valeur de tirage donnée. Il faut toujours associer à ces valeurs la charge de bois. Bien évidement si la charge de bois n’est pas respectée, ces valeurs ne sont pas atteintes. Et l’appareil doit  fonctionner à son allure nominale,

Malheureusement la mesure de cette dépression ne peut se réaliser avec précision que lorsque l’installation est terminée.
Ce tirage est pourtant le seul élément sur lequel nous puissions agir,  d’où l’importance de l’anticipation. Voir plus haut.
 


Comment comprendre la mesure du tirage ?


Lors de cette mesure, si le tirage relevé est trop faible, il y aura défaillance de chauffage, mais plus grave, il y aura condensation, refoulement, encrassement de l’appareil, du conduit de raccordement, du conduit de fumée, avec des conséquences que l’on connait.

A l’inverse, si le tirage est excessif, il y aura surconsommation de bois, casse d’éléments internes de la chambre de combustion, et défaillance de chauffage.
Dans tout les cas les valeurs de rendement, puissance, taux de CO, annoncée par le fabriquant ne seront pas atteintes.

Quoiqu’il en soit il faudra agir sur l’évacuation des produits de la combustion, qui est le seul moyen pour s’approcher des valeurs annoncées par la fabriquant de l’appareil.
 


En conclusion


Mesurer le tirage est une opération très facile à réaliser. Elle donne déjà une bonne indication sur la capacité de l’installation à extraire efficacement les produits de la combustion.

N’oublions pas que c’est cette capacité à extraire les fumées qui conditionne l’amenée d’air dans la chambre de combustion, donc le bon fonctionnement de l’appareil.

L’utilisation préalable d’un outil de dimensionnement capable lui,  d’analyser les risques de condensation, est aujourd’hui  le meilleur moyen d’anticipation à l’installation.

 

 



Devis gratuit pour un poêle à bois

Donnez votre avis :

Votre Prénom * :
Votre Nom :
Votre Email * :
Votre Département (en chiffre) * :
Votre Appareil de chauffage :
Votre Commentaire (400 caractères max - lien non autorisé) * :

Services


4 devis gratuits pour votre poelecalculez la puissance idealequel poele vous convient

Partenaires





Un service du réseau
réseau chauffage au bois
(c) Tous droits réservés CanoP
Conditions générales & mentions - Contact - Cookies

S'équiper
poelesabois.com
s'informer sur les appareils
de chauffage au bois ...
cheminee.net
s'informer sur les cheminées ...

s'approvisionner
bois-de-chauffage.net
trouver un vendeur de bois près de chez
vous et comparer ...
allobois.com
commander bois et granulés en ligne ...

entretenir
alloramonage.fr
Entretenir votre appareil ...