RECHERCHER

Impact du chauffage au bois sur une VMC?


Une ventilation est obligatoire dans toutes les habitations depuis 1982, et les VMC ont depuis beaucoup évolué.

Le sens de la circulation de l’air dans la maison va des pièces dites « sèches » que constituent les chambres et le salon, vers les pièces humides qui sont la salle de bains, les toilettes et la cuisine.


La ventilation simple flux :

Si l'installation se contente d'évacuer l'air vicié, il s'agit d'une ventilation mécanique contrôlée simple flux.
•    Elle peut être auto-réglable : le débit d’air sortant est constant, l’air de renouvellement rentre par  les réglettes situées au-dessus des fenêtres.
•    Elle peut être hygroréglable : le débit d'évacuation se règle automatiquement en fonction de l'hygrométrie de l'air.


La ventilation double-flux :

Il n’y a qu’une entrée d’air située en toiture, mais l’évacuation s’effectue toujours par les pièces humides.
Par rapport à la « simple flux » l'avantage est qu’elle peut  réchauffer l’air provenant de l’extérieur grâce à un échangeur thermique qui récupère la chaleur de la maison lors de sa sortie. Elle est en général hygroréglable.


Quel rapport avec votre poêle ?


Lors de l’acquisition d’un appareil de chauffage au bois, il faut considérer son volume de consommation d’air.

•    Pour la VMC simple flux, c’est facile, puisque ce sont les dimensions et le nombre de réglettes au-dessus des fenêtres qui vont déterminer le volume maximum d’air entrant dans la maison. C’est établi dès la construction par l’architecte et/ou le bureau d’étude. Seulement, si depuis sa construction il a été rajouté une hotte de 100m3/heure et une cheminée, on peut se poser la question de n’avoir pas mis la pièce en dépression en installant notre matériel et par conséquent de manquer d’air pour les alimenter même si on a l’impression de bien respirer.
On s’étonne alors que le feu végète et ne se comporte pas normalement. On appelle son fournisseur et on lui dit que ça ne marche pas bien…

•    Pour la VMC double-flux, c’est un peu plus complexe. En effet, le volume d’air entrant et sortant est parfaitement maîtrisé : tellement bien d’ailleurs, qu’on ne peut même plus ouvrir les fenêtres…
Alors, si lors la conception de l’habitat, il a été prévu un certain volume d’air rentrant et sortant et que les appareils qu’on a rajoutés en consomment d’avantage, on aura le même problème que précédemment : mise en dépression de la pièce. Il est donc important dans le choix de la VMC de tenir compte de tous ces paramètres dès le départ.


Comment vérifier s'il y a une dépression ?


C’est somme toute assez simple : il suffit d’ouvrir une fenêtre et de regarder comment se comporte le feu. S’il redémarre, alors on a la réponse immédiatement: Il y a un manque d'air comburant qui met la pièce en dépression.


Que faire ?
 

  •  Choisir une hotte une hotte qui n'est pas susceptible de provoquer une dépression dans la maison (pour éviter tout risque de mise en danger des personnes)

 

  •  Connecter le poêle à une arrivée d'air extérieur directe s'il propose cette option ( si possible placée face au vent dominant en utilisant le poele porte fermée)

 

  •  Et si l'appareil utilise l'air venant d'une arrivée d'air non directe (c a d une grille d'aértaion qui amène l'air dans la pièce, en général d'une surface 50 cm2 pour un poêle de moins de 25 KW ou 100 cm2 si la grille est "grillagée"), il faut augmenter cette surface.




Laisser un commentaire ou poser une question :
Votre Prénom *
Votre Email *
Votre Département *
(en chiffre)
Votre Appareil de chauffage
Votre Commentaire *
(400 caractères max
- lien non autorisé)
Avec le soutien de :